Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 12:42

Beaucoup de mes patients mangeant sous l’impact de leurs émotions m’évoquent les ruminations comme une partie majeure de la problématique.

 

Le ruminant est toujours dans le passé. Il répète indéfiniment les mêmes pensées destructrices (« pourquoi ai-je fait cela ? » « si seulement les choses avaient été différentes »…). Le ruminant utilise toujours les mêmes mauvais réflexes : face à des difficultés, les ressasser encore et encore, au lieu de les résoudre (même partiellement) ou de les tolérer en continuant à avancer dans la vie.

Comme le précise le docteur Christophe André, en cas de rumination, la solution ne viendra pas de l’esprit (ex : penser à autre chose  ou encore essayer de ne pas penser) mais de l’action : aller marcher, parler à un proche. Le psychiatre ajoute même que la rumination est aggravée par la solitude et l’immobilité.


Autre piste intéressante pour ne plus se laisser dominer par les ruminations : la méditation en pleine conscience. Cette forme de méditation vise à développer la capacité à s’ancrer dans le moment présent. Un exercice simple peut consister par exemple à observer plusieurs fois par jour sa respiration. Lors de cet exercice l’esprit va naturellement vagabonder, le but de l’exercice sera alors d’essayer de ramener son attention sur les sensations associées à la respiration. La méditation permet également d’apprendre à « faire avec » l’inconfort plutôt que d’essayer de le faire disparaitre (les ruminations ne sont-elles pas une solution de faire disparaitre l’inconfort émotionnel ?).

 

Pour conclure, l’inconfort émotionnel associé aux ruminations nous plonge parfois dans l’inaction et nous détourne de ce qui important pour nous (ami, loisir…). Les solutions pour avancer sont doubles : investir de l’énergie dans l’action et développer la pleine conscience du moment présent.

 

Lecture conseillée

 

Repost 0
Published by Florian Saffer diététicien nutritionniste - dans comportement alimentaire émotion pleine conscience
commenter cet article
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 09:32

Beaucoup de lecteurs m'interrogent sur le sens du slogan du blog "diététique et pleine conscience". Cette association surprend, interpelle... pour beaucoup de mes lecteurs la diététique est assimilée à la science du contrôle alimentaire ou encore à un ensemble de règles restrictives visant à manger le moins calorique possible. Autant dire que pour beaucoup la diététique est une science moralisatrice. 

La vision que j'ai de la diététique ne va pas dans le sens de ces stéréotypes. Pour moi manger est un acte vital indispensable pour être en bonne santé mais également un acte visant au plaisir et au partage (un repas partagé n'est-il pas meilleur?). La diététique est selon moi l'ensemble des choix que nous faisons consciemment et avec attention au service de notre santé physique mais également psychologique (le plaisir n'est-il pas indispensable à notre bien être?). 

Le problème est que ce mode "conscient" est souvent parasité par nos automatismes. Nos rythmes de vie font que nous fonctionnant (trop) souvent comme des robots, sans vraiment prêter attention à ce que nous faisons. Nos repas sont une belle illustration de ce mode automatique. 

Prenons l'exemple du petit déjeuner, beaucoup d'entre nous avalons notre petit déjeuner rapidement sans vraiment prêter attention aux quantités qui devraient suffire. L'attention portée au "goût" des aliments mangés est souvent relégué au second plan. N'avez-vous pas parfois l'impression que votre petit déjeuner mériterait plus d'attention?  Ne pensez-vous pas qu'il serait simplement possible parfois de prendre quelques minutes pour vivre pleinement ce moment?

 

Agréable journée

Repost 0
Published by Florian Saffer diététicien nutritionniste - dans comportement alimentaire mindfulness pleine conscience
commenter cet article
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 15:37

 

Dans notre société ou tout va très vite MANGER est pour beaucoup un acte machinal. Nous mangeons sans vraiment prêter attention à ce que nous faisons, au plaisir que nous prenons, aux sensations et aux émotions que nous éprouvons; un peu comme si nous étions en mode "pilotage automatique". Or ce mode automatique nous fait souvent manger trop, trop vite... rien de surprenant à ce que le surpoids devienne l'avatar de nos sociétés.

Pour d'autres MANGER est associé à un sentiment de culpabilité. Nombreux sont ceux qui culpabilisent suite à la consommation d'un aliment "diététiquement mauvais", le plaisir est alors gaché par ce ressentiment.

Le mindfulness est une méthode dite de "pleine conscience" qui s'oppose au pilotage automatique.
Le mindfulness veut nous apprendre à devenir un observateur neutre de nos émotions, de nos pensées et de nos sensations.
En se centrant sur ce que l'on ressent, nous nous mettons dans des conditions propices à une prise alimentaire raisonnée: la sensation de rassasiement est mieux ressentie, le plaisir à manger diminue ce qui nous informe inconsciement que nous avons assez mangé...

Il est également important de ne pas porter de jugement sur ce qui nous traverse (émotions, plaisir, sensation physique, pensées négatives ou positives ...), en ne réagissant pas au contenu de nos pensées, nous prenons nos distances par rapport à un certain nombre de réactions émotionnelles apprises (comme la culpabilité à manger du chocolat).

Petit exercice de mindfulness axé sur l'alimentation:

lors du prochain repas:

1- concentrez votre attention sur ce qu'il y a dans votre assiette (regardez, décrivez dans votre tête les aliments, identifiez ce qu'ils vous inspirent...)
2- sentez vos aliments avant de les mettre en bouche
3- mettez l'aliment en bouche : concentrez vous sur les parties de la langue stimulées, sur les saveurs, la texture, n'hésitez pas à les comparer avec d'autres préparations, si certains souvenirs vous viennent à l'esprit laissez les vous pénétrer...)
4- faites tourner l'aliments dans votre bouche, mâchez le. Concentrez-vous sur le plaisir (ou l'absence de plaisir ou le déplaisir) mais aussi sur les sensations de votre bouche, votre langue...
5- Avalez l'aliment. Prenez conscience que votre bouche est vide.
6- Concentrez-vous sur votre estomac.

En gros le mindfulness, c'est faire de chaque moment une expérience unique, une expérience singulière que nous vivons pleinement.

Bon exercice à toutes et à tous

Florian SAFFER - diététicien - comportementaliste

Repost 0
Published by Florian Saffer - diététicien diététicien Bour - dans comportement alimentaire mindfulness pleine conscience
commenter cet article
9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 16:57

Il ne s'agit pas simplement de préparer un repas mais d'exprimer une action éveillée dans l'acte de cuisiner[...] Cuisiner est une pratique totale, à la fois corporelle et mentale.

 

Maitre Dogen, philosophe zen japonais

Repost 0
Published by Florian Saffer - diététicien diététicien Bour - dans dietetique mindfulness pleine conscience Cuisine
commenter cet article
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 09:40

Stress, santé et comportements

 

Il est aujourd'hui clairement admis par la communauté scientifique que la gestion des émotions contribue amplement à préserver notre santé.

 

Le stress tout comme le tabac ou l'hypertension majore le risque d'être atteint d'une maladie cardio-vasculaire.

 

Nous savons également aujourd'hui que bien gérer son stress et ses émotions permet d'améliorer l'immunité et éviter de tomber malade.

 

Le stress influence également fortement nos comportements néfastes comme fumer, boire ou encore grignoter.

 

Dans ma pratique de diététicien-nutritionniste je suis quotidiennement confronté à des patients mangeant sous l'influence de leurs émotions; la nourriture joue pour eux le rôle d'un puissant anxiolytique, un anesthésiant aux douleurs de l'âme.

Le stress nous fait également nous comporter comme des robots, nos comportements deviennent stéréotypés et tout se passe comme si nous étions déconnectés du moment présent.

 

"Lorsque la journée a été difficile, il est pour moi impossible de manger raisonnablement au dîner, je me ressers systématiquement, je mange jusqu'à être repu...et le pire c'est que je n'ai conscience de cela qu'après avoir terminé le repas, lorsque mon ventre est bien plein".

 

Témoignage de Gilbert, 42 ans. Cadre supérieur.


http://www.carevox.fr/local/cache-gd2/art3259_stress_maladies-cardio-vasculaires_emotion.jpg

 

Le cercle vicieux du stress

 

Le stress « survient lorsqu'il y a déséquilibre entre la perception qu'une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu'elle a de ses propres ressources pour y faire face.

 

Lorsque ce déséquilibre est perçu par l'organisme, il est intéressant de constater que tout s'accélère: le cerveau se met à penser à vitesse grand V afin de trouver une solution, le corps se met en mouvement, certains gestes stéréotypés se mettent en place (se ronger les ongles, se toucher les cheveux...).

 

Cette accélération ne solutionne souvent rien et dans la majorité des cas le problème tourne en rond dans la tête et aucune solution n'émerge vraiment ce qui amplifie le sentiment d'impuissance et donc le stress perçu.

 

Vu de l'extérieur les gens stressés donnent l'impression de "brasser de l'air".

 

 

Les solutions

 

Lutter contre le stress pourrait paraître pertinent mais cette solution visant à nier le problème n'apporte généralement pas de solution.

 

Le stress est très important et utile, il nous indique que nous sommes face à une difficulté et que la stratégie que nous utilisons n'est pas la bonne. Sans stress nous ne pourrions pas adapter nos comportements à notre environnement.

 

Comme nous l'avons vu précédemment, lorsque le stress apparaît notre cerveau essai de trouver rapidement des solutions afin de nous débarasser de cet inconfort, or bien souvent tout se passe dans un état d'urgence rendant impossible toute clairvoyance.

 

Je vous invite donc à observer lorsque le stress génère cette fameuse accélération (dans la tête et dans le corps), observer les gestes stéréotypés qui s'associent à ce stress (main dans les cheveux, tabac, nourriture...), obervez les pensées que génère votre tête. Après quelques minutes posez-vous les questions suivantes :

 

- suis-je dans un rythme choisi ou dans un rythme subi?

- suis-je libre de mon temps ou son esclave?

- suis-je en train de faire diminuer mon stress ou suis-je en train de la nourrir ?

- ai-je la possibilité de ralentir?

- ne serait-ce pas meilleur pour moi de ralentir?

 

J'invite souvent mes patients stressés à prendre 5 minutes toutes les 2 heures pour sortir de ces rythmes subis, même si ce n'est pas toujours simple, la majorité témoignage d'un sentiment de sérénité.

 

Il suffit souvent de petites choses pour prendre soin de soi.

 

Douce et agréable journée

 

Florian Saffer, diététicien - comportementaliste

Repost 0
Published by Florian Saffer - diététicien diététicien Bour - dans comportement alimentaire stress pleine conscience
commenter cet article
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 12:40

Souvent, nous mangeons parce que nos émotions le réclament.

 

Voici une petite astuce permettant de réduire l'impact de cette alimentation émotionnelle:

 

 Avant de manger définissez vos intentions

Vous vous sentez triste ou solitaire et vous allez vous lancer dans un grand plat de crème glacée. Parfait ! Mais admettez d’abord ce que vous allez faire en disant à haute voix : «Je n’ai pas faim, mais je vais quand même manger.» Brian Wansink, chercheur en diététique à l’Université Cornell, a connu un grand succès avec les bénévoles qui ont accepté de mettre cette méthode à l’épreuve. Prendre simplement le temps de penser à ce que vous allez faire peut vous dissuader de le faire. Sinon, le seul fait d’admettre que vous mangez alors que vous n’avez pas faim peut en faire passer le désir.

 

Florian SAFFER - diététicien - comportementaliste

Repost 0
Published by Florian Saffer - diététicien diététicien Bour - dans comportement alimentaire émotion pleine conscience
commenter cet article
18 juillet 2010 7 18 /07 /juillet /2010 11:33

Aujourd'hui, la culture est à la rapidité. Mais dans cette course contre la montre, rien ne survit - notre travail, notre santé, nos relations, notre vie sexuelle.

Nous sommes si pressés que la personne ou la chose qui nous ralentit représente, d'emblée, l'ennemi à abattre. Tout un courant d'opinion met en question ce culte de la vitesse et réaffirme les vertus de la lenteur.
Baptisé " Slow ", il ne prétend nullement qu'il faut tout faire à une allure d'escargot mais souligne que notre qualité de vie passe par un meilleur équilibre entre rapidité et lenteur.

L'enquête de Carl Honoré, menée de pays en pays, montre les différentes formes prises par ce phénomène qui touche de plus en plus de monde. Et si un bon usage de la lenteur pouvait rendre nos vies plus riches et plus productives ?

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/415VEHW203L._SS500_.jpg

Repost 0
Published by Florian Saffer - diététicien diététicien Bour - dans comportement alimentaire pleine conscience
commenter cet article

 

approche comportementale
60 avenue du médipôle
38300 Bourgoin-Jallieu
0474283998

Le DVD

Articles Récents

Le livre sur la matrice ACT

Livre sous la direction de Kevin Polk et Benjamin Schoendorff comprenant un chapitre dédié à l'utilisation de la thérapie ACT dans les troubles alimentaires rédigé par Florian Saffer.
Livre dédié aux professionnels