Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Le 6 mai, plusieurs pays à travers le monde souligneront la Journée internationale sans diète qui fut créée en 1992 à Londres en guise de protestation envers l’énorme pression exercée sur les femmes pour les inciter à atteindre un corps utopique. C’est une journée de réflexion sur le tort considérable fait aux femmes par l’obsession du poids. C’est une occasion de REFUSER le modèle de minceur comme unique modèle auquel se conformer, de DÉNONCER les stéréotypes et discriminations vécues par les femmes de poids élevé et de FAVORISER l’acceptation de la diversité naturelle des corps.

Mon avis sur les régimes:


Beaucoup de personnes souhaitant perdre du poids ou maintenir leur poids s’imposent une alimentation très légère, très restrictive, excluant ou limitant fortement les féculents, le pain, les matières grasses, et les aliments plaisir. Ce comportement de contrôle volontaire de ses prises alimentaires est appelé restriction cognitive.

  

Il en résulte une absence de prise en compte des sensations alimentaires régulatrices que sont la faim et la satiété. Or, on sait que ce sont des signaux essentiels dans la régulation du poids corporel : ils renseignent le sujet sur son état métabolique et lui permettent d’adapter ses apports alimentaires à ses besoins réels. A la longue la restriction cognitive entraine un dérèglement de ces mécanismes naturels de contrôle du poids.

 

 Cet état de privation permanente entraine une hyper réaction des systèmes hormonaux de contrôle du poids  qui vont augmenter la faim, il devient très difficile de lutter, le sujet en restriction cognitive entre dans un état de frustration constante.

 

En pratique, cet hypercontrôle alimentaire et mental est souvent débordé : il suffit de se laisser tenter par une petite quantité d’aliment interdit pour sombrer corps et âme dans la perte de contrôle et manger sans frein. Puis viennent la culpabilité et le sentiment d’échec et le rétablissement de l’hypercontrôle.

  

 

 

Pour conclure, s’imposer une alimentation très restrictive ne tenant pas compte de la sensation de faim et de satiété et excluant tout aliments plaisir, dans le but de perdre du poids, est voué à l’échec et risque même d’empirer la situation ; l’organisme pert petit à petit sa capacité de contrôle du poids. De plus les frustrations liées aux privations entrainent fréquemment une perte de contrôle associée à une reprise du poids précedement perdu ; bien souvent la privation a été tellement mal vécu par l’organisme que la reprise de poids est supérieure à la perte.

Mon conseil: si vous souhaitez perdre un peu de poids ne faites pas n'importe quoi et evitez à tout prix les régimes!!!!

 

Mangez à votre faim, ne vous interdisez aucun aliment...  apprenez plutot à différencier la faim (creux, gargouillements...) de l'envie de manger, apprenez à sortir de table rassasié mais non repu...

 

Si vous mangez pour calmer votre stress ou sous l'influence d'émotions (ennui, colère, anxiété...) apprenez à trouver d'autres solutions que la nourriture : relaxation, sport, gestion du stress...

 

bonne journée (sans régime) à tous


Partager cette page

Repost 0
Published by

 

approche comportementale
60 avenue du médipôle
38300 Bourgoin-Jallieu
0474283998

Le DVD

Articles Récents

Le livre sur la matrice ACT

Livre sous la direction de Kevin Polk et Benjamin Schoendorff comprenant un chapitre dédié à l'utilisation de la thérapie ACT dans les troubles alimentaires rédigé par Florian Saffer.
Livre dédié aux professionnels