Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 16:30

 

sourire1.jpg

Avez-vous remarqué la tendance naturelle de notre cerveau à se focaliser sur les aspects négatifs de nos expériences ?

 

Notre tête met tout de suite en avant les sources de déplaisir et d’inconfort alors qu’elle identifie avec moins de facilité ce qui nous apporte du plaisir.

 

Prenons un exemple,

  • nous pestons lorsque le chauffe-eau est en panne est que nous devons prendre une douche froide alors que nous nous réjouissons que très rarement du fait de disposer d’eau chaude lorsque tout fonctionne

 

Cette focalisation sur le négatif s’observe également dans le changement d’habitudes alimentaires. Notre tête se focalise sur nos difficultés, nos sorties de route, nos échecs…et nous parle très peu de nos réussites et des conséquences positives induites par ces changements.

 

Cette focalisation sur le négatif n’a rien d’anormal, nous sommes génétiquement programmés pour fonctionner ainsi. En effet selon les théories de la psychologie évolutionniste, les émotions négatives nous avertissent de la présence d’un danger. En ayant conscience de nos peurs nous favorisons notre adaptation. Revenons à l’exemple du chauffe-eau en panne, l’agacement induit par les sensations désagréables causées par l’eau froide permet de mobiliser nos ressources afin de résoudre ce problème (en appelant un plombier par exemple).

 

Pour contrebalancer les effets délétères de cette centralisation sur les affects négatifs certains psychologues nous invitent à prendre conscience d’une manière accrue de nos petits plaisirs quotidiens (comme par exemple le plaisir de prendre une douche lorsque le chauffe-eau fonctionne…). Vous pouvez par exemple tenir un petit journal de vos petits plaisirs que vous pouvez remplir deux ou trois fois par jour.

 

L’exemple d’Annie

 

Ce matin : j’ai pris le temps d’apprécier mon café

A 10h : j’ai eu du plaisir à écouter un morceau à la radio

A 11h : j’ai apprécié le compliment d’une collègue sur ma nouvelle coiffure

 

Après une semaine d’observation, je vous invite à vous poser la question suivante : est-ce que cet exercice à changer quelque chose dans ma vie ?

 

Bon exercice et agréable journée

 

Florian SAFFER
Diététicien-nutritionniste
Comportementaliste DU

Formé à la thérapie d'acceptation et d'engagement
Formé à la psychologie positive

Partager cet article

Repost 0
Published by Florian Saffer diététicien nutritionniste - dans estime de soi psychologie positive
commenter cet article

commentaires

Annie Perroin 11/08/2012 22:16


On se moque de vos fautes Florian, votre blog est génial et m'apporte beaucoup et je pense que je ne suis pas la seule.


 


Au plaisir de lire votre prochain billet.

Florian Saffer diététicien nutritionniste 10/08/2012 10:59


je rédige ce blog avec mon coeur et spontanéité et il est vrai que l'orthographe n'est pas mon fort. Il semble que les plus de 6000 lecteurs mensuels ne m'en tiennent pas rigueur.
Accepter de ne pas faire les choses parfaitement fait partie intégrante de ma philosophie et se traduit par des actes (en l'occurence la rédaction de ce blog).
Peut être que votre rigidité psychologique et vos règles verbales gouvernent votre existence(comme par exemple : "il ne faut pas faire de fautes dans un article pro"); je vous rassure cela se
soigne.


agréable journée

Séverine 09/08/2012 20:11


C'est juste que je connais déjà la psycho + et la pratique tous les jours...


Après libre à chacun de manquer de rigueur dans sa façon de communiquer

Florian Saffer diététicien nutritionniste 09/08/2012 10:39


une belle illustration : votre cerveau se centralise sur le négatif = les fautes et occulpe ce que cet article peut vous apporter. :)

Séverine 09/08/2012 08:48


Moi je n'aime pas les fautes d'orthographe, elles me font mal aux yeux... c'est grave Docteur ?

 

approche comportementale
60 avenue du médipôle
38300 Bourgoin-Jallieu
0474283998

Le DVD

Articles Récents

Le livre sur la matrice ACT

Livre sous la direction de Kevin Polk et Benjamin Schoendorff comprenant un chapitre dédié à l'utilisation de la thérapie ACT dans les troubles alimentaires rédigé par Florian Saffer.
Livre dédié aux professionnels