Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 09:49

 

"Les biscuits Oreo produisent sur le cerveau des effets similaires à la cocaïne"

 

Voila l'actualité qui circule depuis quelques jours. Cette affirmation repose sur les travaux d'étudiants en neuroscience qui ont mis en évidence que la consommation des fameux biscuits stimule les mêmes zones du cerveau que certaines drogue. Même si cette actualité repose sur des faits scientifiques cette façon d'aborder l'actualité me pose problème et à même tendance à me faire hérisser le poil.

En tant que spécialiste des addictions je peux vous affirmer que ceci est un non sens. Le sexe, manger des choses bonnes, se faire masser, jouer...activent le nucleus accumbens (centre de la récompense) et cela de manière physiologique. On ne peut pas reprocher à la nourriture d'être agréable non? Cela reviendrait à reprocher au sexe d'être plaisant et aux massages d'être agréables.

Cela renforce l'idée que les aliments sont les ennemis et font basculer la problématique vers l'objet. Alors que c'est bien l'usage qui pose problème (la surconsommation).
Manger de manière compulsif des Oréo est problématique, tout comme courir les jupons comme un DSK, se défoncer la coc', jouer avec excès...
Mais doit-on considérer le sexe, la bouffe et les bonnes choses systématiquement comme des problèmes? N'est-ce pas là le signe que nous avons basculé dans une société dans laquelle l'aliment est l'ennemi?
Cela est tellement simple de désigner des bouc-émissaires.

 

#addiction alimentaire #coup de gueule # oreo

Partager cet article

Repost 0
Published by Florian Saffer diététicien nutritionniste - dans comportement alimentaire addiction manger en paix
commenter cet article

commentaires

diététique à domicile 05/12/2013 17:50


Personnellement je suis un peu partagée. Car si les aliments n'étaient pas aussi salés et sucrés, il y aurait sûrement moins de personnes addicts au sucre par exemple. C'est un cercle vicieux.
Bien entendu, passer l'aliment pour quelque chose de forcément néfaste est abusé. Faire culpabiliser le consommateur est déplassé par contre, l'industrie agro-alimentaire doit se remettre en
question.

Odile 27/10/2013 18:39


Joli coup de gueule, je suis parfaitement d'accord ! Le problème est toujours le même : savoir dire "stop" à temps, pour éviter la surconsommation. Ce ne sont pas les gateaux Oréo le problème,
mais leur abus 

 

approche comportementale
60 avenue du médipôle
38300 Bourgoin-Jallieu
0474283998

Le DVD

Articles Récents

Le livre sur la matrice ACT

Livre sous la direction de Kevin Polk et Benjamin Schoendorff comprenant un chapitre dédié à l'utilisation de la thérapie ACT dans les troubles alimentaires rédigé par Florian Saffer.
Livre dédié aux professionnels