Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 12:38

 

"vous savez c'est très difficile pour moi, j'aimerai tellement manger avec plaisir, me faire du bien mais l'idée de manger des aliments que j'aime comme du fromage ou des pâtisseries m'angoisse. Vous m'avez dit que je pouvais manger du fromage sur les repas mais ce n'est pas possible".

 

Annie, 41 ans. Cadre de santé

 

Ce témoignage est une illustration parfaite du conflit interne que beaucoup de personne en difficulté avec la nourriture connaissent.
D'un côté le coeur, siège symbolique de nos valeurs, nous invite à la bienveillance et à adopter des comportements bons pour nous, respectueux de ce nous sommes au plus profond de notre être.

De l'autre côté la tête, par l'intermédiaire de ses pensées, ordonne le contrôle. Ces histoires que nous raconte notre tête  sont souvent tellement tyranniques et associées à des émotions inconfortables (autodépréciation, peur, anxiété...) que nous avons l'impression de n'avoir aucune autre alternative que de leur obéir. En quelque sorte nous perdons notre liberté et nous nous éloignons de ce qui est profondément bon pour nous.

 

Certains tentent de s'affranchir de ces règles en essayant de "ne pas penser" ou encore "en pensant à autre chose" ou en "positivant", or ce combat est souvent inefficace à long terme. En effet, il est quasi-impossible de modifier ce que nous raconte notre tête sur nous, sur le monde, sur les autres ou sur l'alimentation. Ceci explique que ces tentatives de lutte ne font qu'aggraver la problématique.

 

L'alternative que je propose à mes patients est d'apprendre à observer avec attention ces pensée et  d'observer leurs influences sur nos comportements. J'invite dans ces exercices d'obervation à considérer les pensées comme de simples créations de notre esprit, de simples produits de notre intelligence. J'invite également à s'interroger sur leur utilité (est-ce que cette pensée me permet d'avancer vers plus d'épanouissement?). Enfin j'invite mes patients à demander à leur coeur ce qu'il pense de ces pensées.

 

Cette observation permet de ne pas être en réaction systématique, de prendre du recul, de casser les automatismes et donc de gagner en liberté.

 


 

Bonne observation à tous

 

Florian SAFFER - diététicien - comportementaliste et humaniste
Formé à l'ACT (thérapie d'acceptation et d'engagement)

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Florian Saffer diététicien nutritionniste - dans comportement alimentaire ACT
commenter cet article

commentaires

Stéphanie Thieront 26/04/2011 17:41



Très juste. Pas toujours simple d'écouter son coeur. Avez-vous des solutions?



 

approche comportementale
60 avenue du médipôle
38300 Bourgoin-Jallieu
0474283998

Le DVD

Articles Récents

Le livre sur la matrice ACT

Livre sous la direction de Kevin Polk et Benjamin Schoendorff comprenant un chapitre dédié à l'utilisation de la thérapie ACT dans les troubles alimentaires rédigé par Florian Saffer.
Livre dédié aux professionnels