Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 10:44

"Manger 5 fruits et légumes" impossible d'ignorer ce slogan; la télévision, la radio, la presse écrite nous le ressasse en boucle depuis maintenant plusieurs années. Force et de constater que les changements de comportements induits par ces messages sont minimes; malgré le fait que ces recommandations sont connues de tous, la consommation de fruits et légumes ne décollent pas franchement.

 

Comment analyser cet échec?

 Nous pouvons relever plusieurs erreurs majeures dans la communication.

Que retiennent concrètement les français sur les quantités de fruits et légumes à manger quotidiennement : qu'il faut manger 5 fruits et légumes soit plusieurs par repas; laissant entendre que les végétaux devraient être consommés massivement. Considérant cet objectif comme inatteignable beaucoup renoncent à en consommer plus.

 

Or l'ensemble des travaux scientifiques montrent que les fruits et légumes sont bénéfiques pour la santé dès 400 à 500g par jour soit 5 portions de 80 à 100g. Il serait intéressant de préciser qu'une pomme pèse en moyenne 200g ce qui correspond déjà à 2 portions sur les 5 préconisées.
Atteindre les 5 portions est en réalité très aisé : 1 jus de fruit le matin (1 portion) - une crudité à midi (1 portion) - 1 pomme à 17h (2 portions) - un bol de potage au dîner (2 portions).

 

Seconde maladresse : les fruits et légumes sont, dans les sports de prévention, présentés crus ou non peu cuisinés.
En visionnant ces spots nous pouvons avoir l'impression qu'il est préférable de manger cru ou cuit à l'eau...laissant entendre d'une manière subjective que le plaisir doit être absent pour tirer profit des bénéfices santé des végétaux.
C'est selon moi une aberration. Prenons l'exemple de l'alimentation crétoise (souvent prise en exemple comme le meilleur  modèle d'alimentation santé) ; en Crète chaque préparation est un régal, les légumes sont cuisinés à l'huile d'olive  ou sont incorporés dans des plats délicieux comme la moussaka.

 

Nos campagnes de promotion des fruits et légumes ne seraient-elles pas plus efficaces si le plaisir était davantage mis en avant? Ne serait-ce pas plus cohérent avec notre culture alimentaire axée sur les plaisirs de la table et la convivialité? Les responsables de ces campagnes ne devraient-ils pas s'inspirer  des méthodes de marketing utilisées par l'industrie alimentaire qui a compris depuis toujours que le plus important pour vendre un produit est de faire saliver le consommateur?

 

Florian Saffer

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Florian Saffer diététicien nutritionniste - dans dietetique manger en paix
commenter cet article

commentaires

marketing industrie alimentaire 10/02/2017 10:02

Pour arriver à séduire les consommateurs, il faut toujours se baser sur la logique des choses, du produit que l'on commercialise. Parfois, il est utile de se mettre dans la peau du consommateur pour capter ses besoins et ses attentes pour ne pas se tromper de stratégies.

Baumaux 03/09/2015 14:24

Je pense que cuire ou non les légumes n'est pas une règle stricte à respecter. Il convient à chacun de combler ses besoins, tout en sachant équilibrer ce qui est. Il ne faut pas se prendre la tête.

thibaud 11/11/2012 16:02


Effectivement les légumes sont presentés comme crus et non cuisinés, le fait de faire cuire les légumes n'a t'elle pas tendance à en dénaturer leur composition et donc diminuer les effets
bénéfiques ?

Salles Forme Bordeaux 16/10/2012 09:50


A vouloir imposer une manière de cuisiner en fait palir plus d'un... et c'est dommage.


Il suffirait aussi de faire découvrir à nos enfants que légume et fruits peuvent être apprécier, et ne pas le présenter comme une obligation... Les bonnes habitudes se prennent dés tout petit.


Et a force d'entendre la même chose à la télévision... on s'en lasse et on oublie.

 

approche comportementale
60 avenue du médipôle
38300 Bourgoin-Jallieu
0474283998

Le DVD

Articles Récents

Le livre sur la matrice ACT

Livre sous la direction de Kevin Polk et Benjamin Schoendorff comprenant un chapitre dédié à l'utilisation de la thérapie ACT dans les troubles alimentaires rédigé par Florian Saffer.
Livre dédié aux professionnels